A l'école du dehors : sortir tous les jours pour apprendre en maternelle

05/03/2014

A l’école du dehors : sortir tous les jours pour apprendre...
ou quand l’ecole sort, elle apporte de la nature à la ville !

Depuis 2 ans, les classes d'une école maternelle de Strasbourg pratiquent – et c’est la première fois dans une grande ville française – une pédagogie inspirée des Waldkindergarten (jardins d’enfants dans les bois) allemands, suisses et scandinaves.

Chaque jour, à défaut de pouvoir aller dans la nature comme cela se pratique chez nos voisins européens, les enfants sortent dans des espaces « ensauvagés" de l’école.

Par tous les temps, les apprentis élèves grattent la terre, se roulent dans les feuilles, observent les petites bêtes, les plantes et les arbres, transportent des pierres, construisent des cabanes, patouillent dans la boue, font des traces et des dessins dans le sable, de la musique avec les bambous ...

Chacun à son rythme, dans une grande autonomie et avec l’accompagnement discret des enseignants, les enfants construisent les compétences inscrites dans les objectifs de l’école maternelle : ils découvrent le monde, expérimentent, imaginent, apprennent à parler, à compter et à coopérer …


Ce projet lancé en 2011 par ECO-Conseil et 2 enseignantes de classes de Tout Petits, se déroule à l'école maternelle Jacqueline, dans le grand quartier d’habitat social de Hautepierre à Strasbourg. Il s’étend progressivement à toutes les classes et transforme à la fois les espaces extérieurs de l’école et les pratiques éducatives de l’école.

 

Les grandes étapes du projet

Un premier espace sauvage (une terrain arboré) a d’abord été aménagé par les enseignantes elles mêmes et l’éducatrice environnement de ECO-Conseil avec l’apport d’éléments naturels (branchages, troncs, pierres, graviers, écorces, feuilles …), de plantations d’arbustes et de plantes sauvages et avec la création d’un fil d’eau.

Un jardin régulier préexistant, a ensuite été investi avec l’idée de créer un espace de curiosité scientifique et sensoriel en enrichissant le lieu de plantations luxuriantes et d’aménagements stimulants : arbre à musique, bacs à graphisme, boîtes à mystère, cabanes en palettes …

Troisième étape : cet été, la Ville de Strasbourg - partenaire dans la démarche - a en partie dé bétonné une des cours de récréation et ajouté un large espace arboré récupéré dans le cadre du projet de renouvellement urbain du quartier. Des aménagements variés ont été réalisés dans ce nouvel espace : sentiers en matériaux naturels, mare sèche avec un petit pont, parcours sur planches surélevé …

 

L'école du dehors : une veritable démarche pédagogique

Tous ces lieux permettent à 5 classes (sur 10) de sortir simultanément pour pratiquer cette « école du dehors ». Chaque enfant, à sa façon et à son rythme, se construit en s’enrichissant des expériences qu’il mène, des sensations qu’il ressent et des mots qui en découlent. Il est maître des actions qu’il choisit. Il comprend rapidement qu’il peut lui aussi agir sur son environnement et que son action a des répercussions. Il cherche des solutions à ses problèmes. Il développe son écoute, son observation et sa réflexion. L’enfant prend confiance en lui et cultive son imagination.

L’enseignant, quant à lui, observe, encourage, répond aux interrogations, rassure, verbalise et incite à aller plus loin. Il gère aussi les conflits et rappelle les règles qui sont simples : ne pas faire de mal ; ni à soi, ni aux autres, ni à la nature.

L’équipe pédagogique est en constant questionnement par rapport à l’utilisation de ces espaces avec les conseillers pédagogiques, l’éducatrice environnement. Elle construit petit à petit des pratiques éducatives basées sur des approches plus concrètes où l’enseignant accompagne et incite l’enfant dans ses élans vers l’apprentissage plus qu’il mène une classe.

Ces espaces extérieurs aménagés pour éduquer constituent des bases constamment enrichies par l’apport d'éléments naturels (plantations et matériaux) et par des projets spécifiques menés par les classes : création de jardins mobiles, de greniers à insectes, compostage des déchets des goûters à base de fruits de l’école, création d’un jardin de fleurs ou de plantes aromatiques, projet sur les traces … De véritables microcosmes naturels et éducatifs se développent en symbiose.

 

L'accompagnement d'ECO-Conseil et l'évaluation du projet

L'accompagnement d'ECO-Conseil s'articule en un mélange d’apports techniques, au niveau de l’aménagement des espaces, d'un soutien pédagogique mais aussi d’encouragements et de stimulations à s’engager et à poursuivre la démarche auprès des acteurs du projet. Il comporte aussi un d’appui “discret” au montage et à la coordination de projet.

Après plus de 2 ans d'Ecole du dehors, les enseignantes sont unanimes : l’évaluation est positive. Elles constatent que, grâce à cette pédagogie, les enfants sont plus impliqués dans leurs apprentissages, plus agiles, plus calmes aussi. Et qu’en plus ils développent des liens avec la nature.
L’exploitation de ces espaces en récréation a aussi beaucoup apporté : étant plus actifs et intéressés par ce milieu riche, les enfants sont moins agressifs et plus créatifs à ces moments là.

Autre effet de plus en plus visible: le projet apporte au quartier une note « sauvage » et de biodiversité qui contre balance à sa manière les aménagements du PRU (Projet de Renouvellement Urbain) qui ont, au final minéralisés le quartier en supprimant presque tous les grands arbres et les zones naturelles existantes près des immeubles.

 


 

Les grandes étapes de

l’école du dehors

au sein de l'école Jacqueline

en photos

 


 

 Le démarrage du projet 

 Le premier espace sauvage

 

 Le jardin régulier

 Le nouvel espace


 

Projet de Land Art mené
à l'école Maternelle Reuss
à Strasbourg 

(Ecole engagée dans l'école
du dehors depuis 2014)

Projet Land Art accompagné
par Marie HUNGLER

 


 

Le point de vue de
l'Education Nationale

 


 

Article sur les Waldkindergarten




Adipso

Site Internet créé par
l'agence web Adipso
localisée à Strasbourg, Alsace

www.adipso.com