Les cosmétiques, des produits propres pour l'environnement ?

24/01/2018

Les cosmétiques sont omniprésents dans notre quotidien. Synonymes d’hygiène et de bien-être, ils sont perçus comme étant inoffensifs. Néanmoins, ce bien-être a un coût environnemental, sanitaire et social avéré non négligeable et encore mal connu.

Dans ce premier article d'une série de trois vous decouvrirez les chiffres clés de cette industrie florissante et ses impacts sur l'environnement.


Les cosmétiques : définition et chiffres clés...

L'industrie des cosmétiques comprend « tout produit destiné à être mis en contact avec les parties superficielles du corps humain, en vue de les nettoyer, de les parfumer, d'en modifier l'aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles » (Code de la Santé publique, article L.5131-1).

Fortement associée à des composantes psycho-sociales, la cosmétologie a toujours existé dans toutes les civilisations et à travers les âges. Les cosmétiques du passé, bien que composés de substances naturelles, pouvaient être toxiques, à l’instar de la céruse, qui était employée sous l'Ancien Régime pour blanchir le teint et qui contenait du plomb et du mercure.Plus récemment, au début du XXème siècle, des crèmes au radon (composé radioactif) ont été commercialisées, puis retirées de la vente après que l'on s'est aperçu de leur dangerosité et durant les années 70, le talc morhange a provoqué la mort de plusieurs nourrissons à cause d'un puissant bactéricide qu'il contenait. Qu'en est-il aujourd'hui ?

Le marché mondial des cosmétiques se porte bien : il pèse 205 milliards d'euros et affiche une croissance moyenne de 3,4 % par an depuis 2010, avec +4 % de croissance en 2016. D'après l'Insee, les ménages français consacrent chaque année 7,3 % de leur budget à leur apparence physique, soit environ 3000 euros par an. Bien que les connaissances en chimie soient plus poussées et malgré l’existence d’une réglementation stricte pour la production et la vente de cosmétiques, les scientifiques et les associations de consommateurs ont mis au jour les dangers potentiels ou avérés pour la santé humaine et/ou pour l'environnement de certains composés largement répandus dans les cosmétiques d'usage courant. Ils sont repérables dans la liste des ingrédients INCI (International Nomenclature Cosmetics Ingrédients ou nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques).

Assez tourné autour du pot ! Voyons quelle est la face cachée des cosmétiques.

cosmétiques et environnement

Comment les produits d’hygiène et de beauté dénaturent l’environnement ?

Comme tout secteur d'activité, l'industrie cosmétique a un impact environnemental. Les pollutions et émissions de gaz à effet de serre liées à cette industrie ont 4 origines principales :

  • la chimie utilisée pour la fabrication des matières premières agricoles ou industrielles (notamment les ingrédients issus de la pétrochimie massivement employés dans les cosmétiques),
  • l'énergie consommée pour la fabrication des cosmétiques, la fabrication d'emballages,
  • le transport ( de l'acheminement des matières premières, au transport des produits finis dans les points de distribution)
  • la quantité de déchets qu'ils génèrent dont une grande partie n'est pas recyclable.

Parmi les différentes catégories d’ingrédients cosmétiques (agents de conservation, d'hydratation, de texturisation, ainsi que les parfums, etc), tous n'ont pas forcément d'incidence directe sur la santé humaine, mais ils peuvent se révéler polluants pour l'environnement. L'écotoxicité de ces produits se manifeste soit durant les processus nécessaires à leur fabrication, soit suite à leur propagation dans l'environnement, par leur élimination au cours de la toilette des usagers, contaminant ainsi les écosystèmes et impactant la biodiversité. On compte parmi ces substances des huiles, des silicones, des paraffines (obtenues par raffinage du pétrole), des biocides, des tensioactifs, des perturbateurs endocriniens, des métaux lourds et des nanoparticules. Par exemple, les silicones, souvent retrouvés sous l'appellation dimethicone, mettent 400 à 500 ans pour se dégrader.  

cosmétiques et environnement

Certains composés sont très dangereux pour les espèces vivant en milieux aquatiques. Il s'agit entre autres des composés éthoxylés qui sont extrêmement polluants et écotoxiques, ainsi que de certains filtres UV chimiques comme l'oxybenzone, retrouvés dans les produits solaires. Ils diffusent dans l'eau au cours des baignades et leur responsabilité dans la mort des coraux a été démontrée.
Enfin, les microbilles de plastique présentes principalement dans les crèmes exfoliantes, gommages et dentifrices constituent un autre problème préoccupant. On estime à un demi-million le nombre de microbilles plastiques au kilomètre carré, qui reposeraient au fond des océans. A cause de leur petite taille, ces particules ne sont pas filtrées par les stations d'épuration. Elles passent dans les eaux rejetées et sont bien souvent ingérées par les poissons qui peuvent potentiellement se retrouver dans nos assiettes. Ces microbilles sont interdites dans les produits d'hygiène depuis le 1er janvier 2018.
Les composés chimiques potentiellement contaminants, persistants, bio-accumulables et écotoxiques font l'objet de la liste de régulation européenne REACH (Registration, Evaluation, Authorization and Restriction of Chemicals), fondée sur le principe de précaution et qui stipule que la preuve de l'innocuité incombe au fabricant.

Tous ces effets sur la faune et la flore restent largement méconnus et insuffisamment étudiés. D'ailleurs, les résidus polluants issus des cosmétiques ne sont habituellement pas recherchés dans l'eau potable de distribution, alors qu'ils pourraient impacter notre santé !!

Dans un prochain article, vous découvrirez les effets des cosmétiques sur notre santé...

 

Marie-Laure RUPPEL & Christophe KENDZIERSKI

Liens vers les articles suivants sur les cosmétiques

" Les cosmétiques sont-ils des produits vraiment sains ? "
" Le prix social et humain sur la facture des cosmétiques "
" Cosmétiques : Les labels qui (dés)orientent le consommateur ! "

 


 

 

En savoir plus

 


 

Cosmétiques et environnement

Ingrédients indésirables
dans les cosmétiques
Dossier de "Que choisir"

 

cosmétiques et environnement

Beauté et environnement :
les infos qui méritent réflexion !
Article de l'Express

 

cosmétiques et environnement

Cosmétiques et pollution : l’alerte
des scientifiques pour la planète !
Article du site oleassence.fr

 

 U’Cosmetics 2018
à l'heure du recyclage
Article du site 
observatoiredescosmetiques.com

 

COSMÉTIQUES, SANTÉ
ET ENVIRONNEMENT
Actualisation d’une diatribe
justifiée ou exagérée ?

 

 

 





Adipso

Site Internet créé par
l'agence web Adipso
localisée à Strasbourg, Alsace

www.adipso.com