L’habitat participatif, c’est bâtir une vie sociale

23/05/2017

Aujourd’hui, être propriétaire d’un logement qui corresponde à la fois à ses besoins, à ses moyens financiers et à un projet de vie avec ses voisins et son quartier, cela semble compliqué dans une période où il est difficile de trouver un logement correct à un prix raisonnable.

Néanmoins, le modèle de l’habitat participatif montre que cela est possible !


Un cadre légal récent

Le qualificatif « participatif » est entré dans le vocabulaire du logement avec la loi ALUR adoptée en février 2014. Il peut se définir comme un groupement de ménages mettant en commun leurs ressources et leurs idées pour concevoir, réaliser et financer leur logement au sein d’un bâtiment collectif ou d’un ensemble de bâtiments.

L’habitat participatif n’est pas un phénomène nouveau

Historiquement, il prend ses racines dans les coopératives HLM, coopératives de logements ouvriers nées des mouvements syndicalistes du XIXème siècle.

Pour pallier l’incapacité de l’Etat à répondre aux besoins de reconstruction de l’après-guerre, le mouvement « Les castors » se crée et fonde le principe de l’auto-construction.

Le concept d’habitat participatif, appelé aussi habitat groupé, et qui se veut à contre-courant de l’habitat classique, est surtout apparu en France dans les années 70. Ce mouvement vise une meilleure maîtrise du cadre de vie et une participation active des futurs habitants dès la conception du projet. Il s’agit surtout d’une volonté de remettre du lien social au cœur de l’habitat. A la fin des années 2000, le mouvement a repris sa dynamique et depuis, les projets d’habitat participatif se multiplient et concernent tout le pays.

Retour d’expérience local : La Résidence Eco-logis dans le quartier du Neudorf à Strasbourg

La conception de ce premier immeuble en autopromotion à Strasbourg date de 2010. Elle réunit les trois piliers du développement durable :

  • Le social en proposant des espaces de vie collective (salle commune, chambre d'amis, buanderie) qui favorise les échanges entre citoyens et les relations intergénérationnelles.
  • L’écologie puisqu’il implique l’utilisation de matériaux de construction plus respectueux de l’environnement et recourt aux énergies renouvelables. De loin, il contribue à la coopération car il suppose la participation des membres à sa création, à sa réalisation et sa gestion.
  • L'économie enfin car il est une réponse à l’accès au logement de qualité et au juste prix grâce à ce système de mutualisation des moyens.
Laurent LATRACE et Lauren CIANCIO, deux éco-conseillers en formation, en collocation à Eco-logis témoignent  :

" Vivre pendant 6 mois dans un habitat participatif et écologique m'a permis de découvrir des familles partageant des valeurs communes et ayant décidé de les appliquer dans leur manière de vivre. Même si la vie en collectivité peut parfois créer des tensions, ces dernières retombent lors des moments de convivialité régulièrement passés ensemble. Je souhaiterai revivre cette expérience qui permet de mieux connaître ses voisins et qui donne plus de sens au mot solidarité ".

Pour les architectes, une évolution de leur pratique ordinaire ?

La posture des architectes semble être de tenir la co-conception et les dimensions environnementales du projet comme relevant de leurs compétences exclusives.
Engagés dans des démarches longues et risquées, ils ont un profil de militant et travailleur social. Leur investissement est beaucoup plus important pour ce type de projet que pour une opération ordinaire. Outre le risque d'être mal rémunérés, c’est un enjeu particulier associé à des méthodes de travail différentes qui émanent des usagers plus impliqués dans les décisions.

L'avenir de l’habitat participatif ?

La question des inégalités sociales et culturelles et la capacité des différents groupes sociaux à se prendre en charge ou à résister aux contraintes socio-économiques est le socle du développement de l’habitat participatif en France.
Aujourd'hui on dénombre près de 300 projets de cette sorte. Malgré tout, elle a encore beaucoup de retard par rapport à certains de ses voisins européens comme l'Allemagne et les pays scandinaves, où l'habitat partagé représente près de 20% du parc immobilier.

Rim CHREIM et Katia THIEBAUT
 


 

En savoir plus

 

 


 

Site Internet 
d'Habitat Participatif

Lien vers Site Internet  d'Habitat Participatif

 


 

Site Internet de l'association
ECO-Quartier Strasbourg

Site association ECO-Quartier Strasbourg

 


 

Article de Rue 89
"Trois ans d’habitat participatif :
« pas facile tous les jours »
"

(Article publié en 2013)

Habitat participatif - Article Rue 89

 


 

Article rédigé par des
éco-conseillers de la promo 24
"Habitat partagé : la première pierre
d'un nouvel art de vivre ?
"

Habitat participatif - artcle promo 24




Adipso

Site Internet créé par
l'agence web Adipso
localisée à Strasbourg, Alsace

www.adipso.com