Le MNO (Marché de Noël OFF) : la vitrine (de Noël) de l’ESS

01/12/2017

Il existe depuis 3 ans un off du marché de noël à Strasbourg organisé par la CRESS et la Chambre de Consommation d’Alsace.

Nous sommes allées voir de plus près si cette manifestation, dite « alternative »,  s’inscrit véritablement dans une démarche engagée. L’économie sociale et solidaire peut-elle aussi être vendeuse en cette période de surconsommation ? Comment les organisateurs du OFF s’y prennent-ils pour attirer les visiteurs ?

 


Récit conté d'une promenade au marché

Alors que tout le centre ville de Strasbourg a, comme chaque année, revêtu sa tenue de lumière pour les fêtes, quelques mètres carrés de parking, reconvertis en marché alternatif, nous font de l’œil en nous promettant un Noël autrement.

Y faut pas nous le dire deux fois ! Nous les éco-conseillères en devenir, on est toujours prêtes à investir la scène avant-gardiste... surtout s’il y a du vin chaud... et qu’ en plus il est bio, éthique et à la mirabelle. Autant l’avouer : c’est par là qu’on a commencé.

Dès l’ouverture des festivités, le 24 novembre à la nuit tombée, nous avons fonçé sur le stand des vins Durrmann et après dégustation de quelques cépages bien alsaciens, nous avons interrogé le tenancier : « tu t’es pas trompé de marché ? Les p’tits producteurs c’est de l’autre côté, En quoi t’es social et solidaire ?».

Il nous a servi l’histoire de sa meilleure cuvée : « Immunité ». Il s’agissait des aventures d’un troupeau de brebis qui logeaient dans les vignes, remplissant très écologiquement leur mission de techniciennes de surface et à qui les services sanitaires avait voulu administrer un vaccin malheureusement abortif.
Le vigneron, leur propriétaire, un bioman devant l’éternel, avait bien évidemment résisté et il s’était avéré que les brebis avaient développé seules les anticorps auxquels devait se substituer le vaccin.

L'histoire était sympathique, propice à créer du lien, mais nous avons décidé de poursuivre nos investigations...du coté de chez Arte.

Ici, du bon son et des photos « freeze » nous attendais dans un cadre bien pensé ! Après discussion avec les animateurs, il s'agissait d'une introduction ludique et attractive aux ciné-débats programmés au sein du off par la chaîne (« une autre façon d'acheter », « le business de l'aide au développement »)


Séduisant, mais allait-on enfin rentrer dans le vif du sujet ? Pour le vérifier, nous y sommes retournées le lendemain.

Dès potron minet, nous étions sur le pied de guerre . On se sentait déjà presque chez nous. Et oui ! c’est un peu ça faire partie de l’ESS, le sentiment d’être comme une immense famille qui, plus que de consommer, ne demande qu’à se rencontrer échanger et partager.
Mais cette fois-ci, on n'allait pas se laisser tenter si facilement parce qu’il nous restait quand même une partie de notre équation à vérifier : et la vraie économie sociale et solidaire dans tout ça ?

Au grand jour, on a tout de suite mieux compris. Ils étaient là tous nos amis : les chantiers , les entreprises , les AMAP : toute l’Insertion au grand complet . Y avait Envie et Libre Objet, les Jardins de la Montagne Verteet la ferme Saint André. On aurait presque pu en faire une chanson d’éco-conseiller.

On ne les avait pas reconnu au premier coût d’œil parce qu’ils s’étaient lookés « underground » dans leurs containers colorés. Ça les rendait carrément attrayants. Ça nous a donné des envies de « vintage » et de créativité , de smoothies aux légumes verts . Nous nous sommes senties solidaires mais pas déprimées. Soudain il y a eu de l’espoir que tout ça ne soit pas juste la solution à l’avènement du pire, mais un choix engagé et joyeusement volontaire pour un demain différent.

Pour nous en convaincre on est allées discuter un moment avec le fablab ( le Shadok) qui créchait dans la géode néo-futuriste au centre du marché. Là, il n’était plus question de misère sociale.
On a fait un saut dans le futur : la programmation numérique, la 3D, le design écologique, la mutualisation des outils et des compétences.On s’est projetées dans le Beau .

Pareil chez Carijou qui s’était fait tout mignon tout propret. A en faire pâlir King Jouet . Le but de leur présence nous ont-ils dit : « augmenter leur visibilité sur le Marché » (pas seulement celui de Noël, l’autre , le grand). Parce qu’aujourd’hui « consommer " recyclé" même pour les jouets, même à Noël et même si on est pas fauché : c’est carrément branché » .Dit comme ça on s’est vraiment senties concernées.

On aurait bien continué à échanger mais les containers commençaient à se remplir, le monde à arriver et nos estomacs à se creuser. « Pur etc » l’emblématique enseigne, d’origine Strasbourgeoise, du manger bio et local nous faisait de l’œil.
Nous nous sommes dit qu’on reviendrait un soir pour discuter au cours d’un des nombreux apéro/débats  du type « famille sans déchet » . Tout à fait le format qui nous convenait. Nous étions « reboostées », en pleine conscience de nos supers pouvoirs de consommactrices , prêtes à oser causer voire même à s’engager .Tout le programme de conférences nous parlait de « la finance alternative » au « mieux
manger ».

Au bout du compte, toutes les deux on s’est regardées et on s’est dit le MNO c’est sûr c'est une autre manière de vivre le marché de noël de Strasbourg, sans surconsommation et sans misérabilisme. L'image de l’économie sociale et solidaire s’y renouvelle... pour notre plus grand plaisir !

Catherine DOUCEMENT @ Fanny LEBLOND 

 

 

*** En savoir plus ***

 


  

Strasbourg Noel OFF 2017 programme

Le programme du Marché Off
(Animations de la place Grimmeissen)
 

Strasbourg Noel OFF 2017 article 20 mn

Article de "20 Minutes"
sur le Marché Off

Zig et zag : la plate forme d’info de l’achat responsable et de l’économie sociale en Alsace

Zig et zag
la plate forme d’info
de l’achat responsable et
de l’économie sociale
en Alsace

Strasbourg marché off

La page facebook
du marché OFF

 

 

 





Adipso

Site Internet créé par
l'agence web Adipso
localisée à Strasbourg, Alsace

www.adipso.com