Parole P29 - Quel concept adoptera l’architecture de demain : l’Archibiotique ?

02/01/2017

L’humanité a toujours été fascinée par les hauts bâtiments. Déjà 2500 ans avant J.C., les égyptiens érigèrent la fameuse pyramide de Keops, d’une hauteur de presque 150 mètres. Cela n’est rien à côté du mythe de la tour de Babel, dont le sommet, disait-on, touchait le ciel.

Le XXème siècle verra apparaître, grâce à l’utilisation de l’acier, des monuments gigantesques notamment aux Etats-Unis. Le plus haut bâtiment du monde, aujourd’hui, se trouve à Dubai, le Burj Khalifa avec ses 828 m de hauteur. Ce n’est qu’une étape, il n’y a pas de problèmes physiques qui empêchent d’aller plus haut. Il existe un projet fou au Japon, de construire une tour de 4000 m de hauteur, dépassant ainsi le mont Fuji. Cette structure en forme de pyramide aurait plus de 6km² d’emprise au sol et nécessiterait de pressuriser l’intérieur du fait de l’altitude.

Ces projets sont pour la plupart mus par une volonté de démonstration de puissance. Mais a-t-on pensé, hormis au confort, à la place des femmes et des hommes dans ces structures ? A-t-on pensé à intégrer ces bâtiments dans leurs environnements urbains existants, pour y créer des liens durables? A-t-on prit en compte nos limites en ressources naturelles et notre besoin d’une ville saine ?


C’est à ces défis que Vincent Callebaut tente de répondre. Penser la ville comme un écosystème, c’est son champ de recherche. Architecte d’origine belge, Vincent Callebaut oscille entre utopies à l’horizon 2050 et projets innovants de notre temps. Nous l’avons rencontré lors de l’événement Build & Connect à Strasbourg en novembre 2016, où il est intervenu en ouverture en tant que keynote speaker et a présenté sa vision de l’architecture.
Ce créateur déborde de solutions pour résoudre les défis urbains : la densification, la lutte contre la pollution et les îlots de chaleur ou l’autosuffisance alimentaire. Son domaine de recherche : l’ « archibiotique », concept liant architecture, biotechnologies et technologies de l’information et de la communication. Il ne s’arrête pas à l’image et au but classique du bâtiment, il y intègre la fonction écologique.

Des utopies rafraîchissantes !

Dans le cadre des objectifs « eco-renouvelable » de Paris Smart city 2050, Vincent Callebaut propose plusieurs projets :
 

Les Photosynthesis Towers - 15ème arrondissment

Une enveloppe constituée de micro-algues entoure la tour Montparnasse et ses voisines. L’utilisation du miracle de la photosynthèse permet de séquestrer du CO2 tout en produisant du bio-carburant. Enfin, cette robe végétale joue un rôle d’isolant ainsi que d’inertie thermique. La tour, autrefois particulièrement énergivore, est transformée en bâtiment à énergie positive tout en offrant un espace de détente aux parisiens.

 

 

Les Mountain Towers - rue de Rivoli

Des structures de production d’énergie solaire thermique et photovoltaïque imitant les ailes d’une libellule sont accouplées aux bâtiments anciens. Associé à un stockage d’énergie grâce à une station hydro-électrique réversible, cette montagne bioclimatique produit plus qu’elle ne consomme. Les Mountain Towers permettent de tripler le nombre de logements disponibles, combattant ainsi la muséification et gentrification de Paris.

 

 

Les Anti Smog Towers - 14ème arrondissement

Ces constructions habitables ponctuent le corridor écologique placé sur la petite ceinture de Paris. Elles dépolluent les sols grâce à une phyto-épuration hydroponique1  et l’air grâce à une structure photocatalytique2  en dioxyde de titane. L’idée est d’y accueillir les maraichers en activité sur les terrains alentours, libérés de leur chemin de fer.

1 : Cultivé sur substrat neutre et inerte, irrigué et alimenté en minéraux et nutriments
2 : Procédé de catalyse sous l’effet de la lumière d’un composé, ici l’oxyde de titane, à des fins d’assainissement de l’air
 

Une Atlantide émergée

Vincent Callebaut a également imaginé une solution pour les réfugiés climatiques chassés de leurs terres par la montée des eaux. Le projet s’attaque à l’adaptation au changement climatique ainsi qu’au problème connu du 7e continent.

Lilypad

Une structure flottante en forme de nénuphar composée de 3 pôles : l’habitat, le travail, la production.
L’éco-système est autonome grâce aux cultures réalisées sur la structure, à l’éolien et au photovoltaïque.
Le matériau de construction est le plastique qui s’accumule sous toutes les formes dans les océans, souvent appelé le 7e continent. Des imprimantes 3D permettront de créer les structures de l’île.

 

Taiwan - Projet Agora Garden

Retour sur la terre ferme

A Taiwan se construit actuellement le projet Agora Garden. Il s’agit d’une tour résidentielle inspirée par la double-hélice droite de la molécule d’ADN. Véritable prototype pour les futurs projets évoqués plus haut, cette éco-construction limite l’empreinte écologique et cherche à créer un lieu de symbiose entre l’être humain et la nature. L’objectif est une consommation énergétique faible et un approvisionnement en énergies renouvelables. Les déchets organiques et les eaux usées sont recyclés. Les larges balcons accueillent des potagers, plantes aromatiques, médicinales et vergers, cultivés par les habitants eux-même. La tour se veut être un organisme vivant avec un métabolisme à soi.
Le fonctionnement et l’appropriation d’un tel bâtiment dans la réalité seront d’un grand enseignement pour les conceptions futurs.


Le retour de la nature ?

À travers ses travaux, Vincent Callebaut nous invite à nous projeter dans sa ville du futur. Cette ville, en se reliant au sol, essaye de retrouver une certaine biodiversité et de faire place à la nature, tout en jouant le jeu de la densification. Les principes d’agriculture biologique urbaine et durable impliquent la présence d’une biodiversité riche. C’est pourquoi l’archibiotique nous fait la promesse d’une ville durable qui s’organise en éco-système. Ainsi, le biomimétisme, associé à une « technologisation » croissante, semble pouvoir régler nombre de problèmes environnementaux et sociaux.
Sans vraiment rentrer en rupture avec notre système actuel, les travaux de l’architecte ont le mérite d’être force de proposition et d’envisager une réconciliation des villes et des plantes. Voici grâce à eux un débat bien ouvert : l’innovation technologique est-elle la clef de la transition écologique ?

 

Joakim COUCHOUD & Bertrand MULLER

 


 

 

En savoir plus 

 


 

 

Conférence archibiotique

Qu'est-ce que l'archibiotique?
Conférence de
Vincent Callebaut
at TEDxNantes

 

 bâtiments construits en bambou et corde: le projet Rising Canes

Des bâtiments construits
en bambou et corde :
le projet Rising Canes

 

la ville de demain

Ensemble de vidéos
sur la ville de demain

 

Eastgate building

L’Eastgate building,
un bâtiment conçu sur
le principe de biomimétique 

 

Antoni GAUDI

Retour sur un précurseur,
Antoni GAUDI

 

 




Adipso

Site Internet créé par
l'agence web Adipso
localisée à Strasbourg, Alsace

www.adipso.com