Les cosmétiques sont-ils des produits vraiment sains ?

29/01/2018

Les cosmétiques sont omniprésents dans notre quotidien. Synonymes d’hygiène et de bien-être, ils sont perçus comme étant inoffensifs. Néanmoins, ce bien-être a un coût environnemental, sanitaire et social avéré non négligeable et encore mal connu...

Dans ce second article, d'une série de quatres articles rédigés par des éco-conseillers en formation, nous vous invitons à découvrir les impacts des cosméthiques sur notre santé...


Cosmétiques et santé

Ces dernières années, différentes publications scientifiques et associations de consommateurs dénoncent l'utilisation de produits indésirables voire toxiques dans les cosmétiques. Dans un hors-série de juillet-août 2017, 60 millions de consommateurs passait au crible les cosmétiques et sur son site, l’UFC Que Choisir y consacre tout un dossier.
Contrairement aux médicaments, les cosmétiques ne peuvent pas prétendre avoir des effets thérapeutiques et on les considère alors souvent à tort comme inoffensifs. Certaines molécules qu'ils contiennent peuvent, pénétrer dans le corps et passer dans le sang des utilisateurs, par capillarité (crèmes, pommades, déodorants, gels douche, etc.), inhalation (parfums, laques, déodorants, etc.) ou ingestion (baumes ou rouges à lèvres, dentifrices,etc.).
Toutes les catégories de produits contiennent des ingrédients indésirables et même s'ils ont une raison d'être dans la composition, notamment pour la conservation et pour empêcher le développement bactérien, ils peuvent être irritants, allergènes, cancérogènes ou suspectés d'être des perturbateurs endocriniens. En moyenne, une femme française est en contact avec 200 substances cosmétiques par jour et les effets cocktails sont peu connus et imprévisibles. Ces produits font l’objet d’une cosmétovigilance par l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM), auprès de laquelle il est possible de déclarer toute réaction ou effet indésirable constaté lors de l'utilisation d'un cosmétique.

cosmétiques et santé

L’efficacité d’un cosmétique en général dépend de la perméabilité du produit et des propriétés de chaque peau, qui diffèrent selon les individus. Il s'agit de la qualité du film hydrolipidique, de l'épaisseur de la peau, de l'âge du sujet, du pH cutané et de l'intégralité biologique de la peau.

La controverse portant sur la présence dans les déodorants d'aluminium chlorohydrate suspecté de provoquer des cancers et d'être neurotoxique existe déjà depuis plusieurs années, sans que l'on ait pu démontrer formellement de lien de causalité avéré entre cancer et exposition à l'aluminium par voie cutanée. L'ANSM applique le principe de précaution en déconseillant l'utilisation de déodorants contenant de l'aluminium chlorohydrate et plus largement tout type de cosmétique sur une peau lésée (rasage, blessure, etc.), afin de ne pas faciliter la migration de substances toxiques dans la peau et les vaisseaux sanguins.

Dans des conditions normales d'utilisation, les principaux risques se traduisent par des allergies, irritations souvent dues aux tensioactifs trop agressifs, brûlures, réactions cutanées de type acné, pigmentation/dépigmentation ou dans des cas plus grave, une atteinte du système immunitaire, une atteinte toxiques d'autres organes, une atteinte des fonctions reproductrices, des cancers, des décès (allergies ou intoxications graves, mais rarissimes). Les cosmétiques bio ne sont pas non plus une panacée : bien qu’exempts de pesticides, de composés issus de la pétrochimie et/ou polluants, ainsi que de perturbateurs endocriniens, ils ne sont pas sans risques de réactions allergiques. En effet, les alcools qu’ils contiennent peuvent être irritants et les huiles essentielles photosensibilisantes.

cosmétiques et santé

Les dernières études s'intéressent tout particulièrement aux perturbateurs endocriniens, largement utilisés comme agents de conservation dans les cosmétiques conventionnels. Ils sont fortement soupçonnés de jouer un rôle dans le dérèglement de la production d'hormones thyroïdiennes, d'engendrer des problèmes de fertilité, des malformations intra-utérines, des cancers. C'est ainsi que sont pointés du doigt les parabens sous toutes leurs formes, le triclosan et le phénoxyéthanol, irritant, allergisant et hépatotoxique de surcroît. Ils sont déconseillés, voire interdits dans les produits pour femmes enceintes et ceux pour bébés. Selon l'ANSM, les valeurs d'absorption cutanée sont de 80% pour le phénoxyéthanol avec les produits non rincés et 40% dans les produits rincés. Afin de remplacer certains parabens à présent interdits et pouvoir afficher la mention « sans parabens » sur leurs produits, certains industriels peu scrupuleux les ont remplacés par d'autres conservateurs souvent très allergènes, comme par exemple la methylisothiazolinone, puissant biocide.

Ce petit tour d'horizon non exhaustif des substances indésirables présentes dans les cosmétiques, aux effets délétères sur l'environnement et la santé, donne la chair de poule. Mais une autre réalité vient encore noircir le tableau : celle de l'exploitation humaine pour la production des matières premières utilisées par l'industrie cosmétique, thème qui sera présenté dans notre prochain artice !!

 

Marie-Laure RUPPEL & Christophe KENDZIERSKI

 

Liens vers les autres articles sur les cosmétiques :

Les cosmétiques, des produits propres pour l'environnement ?
" Le prix social et humain sur la facture des cosmétiques "
Cosmétiques : Les labels qui (dés)orientent le consommateur ! "

 


 

En savoir plus

 


 

Cosmétiques et environnement

Ingrédients indésirables
dans les cosmétiques
Dossier de "Que choisir"

 

La vérité sur les cosmétiques
Livre

cosmétiques et santé

Moteur de recherche
permettant de s'informer
sur les ingrédients qui
composent vos cosmétiques

Site "la vérité sur les cosmétiques"

 

cosmétiques et santé

Article d'AIR PUR sur les 
perturbateurs endocriniens 

Site de l'APPA

 

Cosmétiques et santé

3 appli pour
déchiffrer les étiquettes

Site Lettre beauté au naturel

 




Adipso

Site Internet créé par
l'agence web Adipso
localisée à Strasbourg, Alsace

www.adipso.com