Parole P25 - La pénurie, c'est maintenant !

05/04/2013

Le Club de Rome persiste et signe en célébrant le quarantième anniversaire de son fameux rapport "Halte à la croissance ? " paru en 1972 par une version actualisée assez pessimiste1. Ce n'est pas seulement le réchauffement global qui y est incriminé, mais plus généralement l’épuisement des ressources et, au-delà, le saccage catastrophique de l’environnement sous toutes ses formes.


 

Une mine de cuivre moderne, aux Etats-Unis. Parmi les grands gisements épuisés, Science & Vie donne l'exemple de la "fabuleuse" mine suédoise de Stora Kopparberg, "qui alimenta toute l'Europe des XVIe et XVIIe siècle", fermée en 1992. 

La pénurie, c'est maintenant !

Malthus annonçait déjà en 1798 que la population tendait à croître inévitablement plus vite que les ressources. Plus proche de nous le Club de Rome commandait en 1970 au Massachusetts Institute of Technology le fameux rapport "halte à la croissance?" qui prévoyait d'ici à l'an 2000 la fin du pétrole, du cuivre et de l'étain. Nous n'avons pas encore atteint ce stade mais le Club de Rome persiste et signe en célébrant le quarantième anniversaire de ce rapport par une version actualisée assez pessimiste. Pour prévenir l'épuisement des ressources, il faudrait s'imposer une décroissance radicale, à commencer par celle qui devrait être mise en oeuvre dans les pays riches qui sont les plus consommateurs et les plus destructeurs. 

Selon la notion d'empreinte écologique nous savons aujourd'hui que nos modes de vie occidentaux dépassent la capacité écologique de la terre. Afin d'illustrer de façon concrète cet état de fait prenons un exemple encore peu médiatisé : les minerais.
 

Du peak oil au peak "all" : l'exemple des minerais

L'agence internationale de l'énergie annonçait en 2011 : la production de pétrole conventionnel a atteint son "pic historique" en 2008, elle ne le dépassera "jamais"2. Selon un article de Science & vie paru en mai 2012 la pénurie guette également pour 26 minerais3. A l'image du pétrole, de nombreux minerais se rapprochent de leur pic de production.

Un pic de production révèle en général un ensemble de causes telles que la chute des découvertes, un épuisement des grands gisements, l'impuissance du marché à répondre aux besoins et des coûts énergétiques croissants. Face à une offre déclinante les besoins, eux, sont exponentiels. Selon un rapport de Mc Kinsey Global Institute4, la classe moyenne des consommateurs devraient voir grossir ses rangs de près de 3 milliards de personnes dans les 20 prochaines années. Comme conséquence, toujours selon l'article de Science & vie, il faudrait pouvoir extraire à l'échelle du globe dans la même période plus de minerais que durant toute l'histoire de l'humanité !

Un exemple symbolique est celui de l'or. Le président de Barrick Gold corporation, le plus gros producteur mondial, déclarait avant 2011 : "il y a de solides arguments pour considérer que nous sommes déjà au pic d'or".

 Production d'or et de cuivre de 1990 à celle estimée en 2100

Afin de comprendre l'une des implications de ce concept de pic il faut préciser que l'or est notamment un composant essentiel dans l'électronique. En France c'est près de 6 millions de portables qui se sont vendus en 2012 et la demande est en croissance exponentielle. Or une tonne de portables comporte 300 à 350 grammes d'or et seulement 500 000 portables ont été recyclés. Pour illustrer cette problématique de façon générale, selon les Nations Unies, seul 1% des métaux nécessaires aux secteurs des nouvelles technologies est recyclé5.

 

L'Europe se lance dans la course pour sécuriser ses approvisionnements

Dans la course mondiale pour sécuriser son approvisionnement en matières premières, l’Union européenne ne veut pas être en queue de peloton. Et pourtant, certains pays comme la Chine ou le Japon ont déjà plusieurs longueurs d’avance. Les dotations annuelles du pays du soleil levant représentent plusieurs centaines de millions d'euros pour investir dans des projets de prospection minière à l'étranger6.

Soucieuse de préserver la compétitivité de ses entreprises et de ses industries innovantes, la Commission européenne a lancé, en 2008, une initiative « matières premières » afin d’assurer un accès durable, et à des coûts raisonnables, aux ressources non énergétiques et non agricoles. Dans un rapport publié en juin 2010, elle a établi, avec l’aide d’experts, une liste de 14 matières premières « critiques » qu’elle s’engage à mettre à jour régulièrement pour tenir compte des évolutions sur les marchés mondiaux et des progrès technologiques7, ce qui lui permet d’avoir une meilleure visibilité sur l’état de sa dépendance. Indispensables aux secteurs « high Tech » et aux énergies vertes, ces matières présentent un risque de rupture d’approvisionnement, soit parce qu’il n’existe pas encore de procédés de substitution ou de recyclage viables, soit parce que leur production est concentrée entre les mains d’un nombre restreint de pays, pour la plupart économiquement ou politiquement instables. C’est le cas des "terres rares", un groupe de 17 éléments chimiques utilisés dans les industries innovantes, produites à 97 % en Chine qui dispose de 36 % des stocks connus8.

Zone de production des minerais critiques9

 

La stratégie de la Commission européenne, publiée dans une communication du 2 février 201110, vient renforcer l’initiative ’matières premières’ de 2008 et s’articule autour de trois piliers : le premier consiste à développer une diplomatie des matières premières pour garantir un accès durable et équitables sur les marchés mondiaux;  le second porte sur le potentiel d’extraction de l’Union européenne; le troisième concerne le recyclage et vise une meilleure utilisation des ressources. En même temps un "partenariat européen de l'innovation" pour les matières premières11 vise à inciter d'ici 2020 des projets d'investissements dans la réduction de la dépendance extérieure aux matières premières. Le plan d'action de ce partenariat sera finalisé en octobre 2013.

Pour une économie circulaire

Une politique responsable consisterait certainement à ne pas reporter à demain ce que nous pourrions faire aujourd'hui : ne pas trop compter sur la découverte de nouveaux gisements et ne pas dépendre trop fortement de négociations multilatérales avec de nombreux pays dans le monde. La lutte pour l'accès aux ressources sera très difficile contre des pays comme la Chine.

Nous disposons encore d'une énergie nucléaire en France et d'énergies fossiles qui nous permettent de se concentrer sur le troisième pilier de "l'initiative matières premières" et d'investir sur les fondements d'une "économie circulaire". Cette économie sera de fait plus basée sur les services et potentiellement créatrice d'emplois. L'Europe ira-t-elle au bout de la démarche en essayant de concevoir les fondements d'une économie qui ne soit pas basée sur la seule croissance du PIB et l'exploitation continue des ressources ? Répondra-t-elle à l'appel du club de Rome pour une décroissance radicale ?

 

Jérôme FONTENEAU

1 - http://www.clubofrome.org/?p=5366
2 - http://www.iea.org/
3 - "Alerte à la pénurie, comment relever le défi?", mai 2012, n°1136, Sciences & vie
4 - "Resource Revolution : Meeting the world's energy, materials, food, and water needs", nov 2011, Mc Kinsey Global Institute
5 - http://www.euractiv.fr/energie-environnement/dossier/matieres-premieres-commission-europeenne-prend-train-marche-341.html#gestion-durable-des-ressources
6 - http://www.euractiv.fr/energie-environnement/dossier/matieres-premieres-commission-europeenne-prend-train-marche-341.html#strategie-exterieure
7 - http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/tajani/hot-topics/raw-materials/index_fr.htm
8 - http://www.euractiv.fr/energie-environnement/dossier/matieres-premieres-commission-europeenne-prend-train-marche-341.html#strategie-exterieure
9 - http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/tajani/hot-topics/raw-materials/index_fr.htm
10 - http://www.senat.fr/europe/textes_europeens/ue0051.pdf
11 - http://ec.europa.eu/environment/ecoap/about-eco-innovation/policies-matters/eu/20130227-european-raw-materials-partnership-to-work-on-resource-efficiency_fr.htm



 

 

 

 

En savoir plus

 

 

 Rapport 2012 du Club de Rome

Presentation de l'ouvrage
par Johan Rockstrom et
Anders Wijkman
Membres du Club de Rome

Vers une économie circulaire

opportunités pour le secteur
des biens de consommation

Institut de l'économie circulaire

Article de Mathieu Fichter
Team Leader 'Sustainable Growth'
DG Regio à la Commission Européenne

Economie circulaire :
déjà une réalité…

Exemple d'une entreprise belge
spécialisée dans les fenêtres
et portes PVC 

Tables rondes sur l'économie circulaire
le 6 juin 2013 à Gaillac :

Repenser le progrès

Vidéo de la Fondation
Ellen MacArthur

L’économie circulaire...
pour réduire nos impacts

Article d'étudiants de la promo 23




Adipso

Site Internet créé par
l'agence web Adipso
localisée à Strasbourg, Alsace

www.adipso.com