Parole P24 - Notre ALIMENTATION n'est pas sans "EFFET" ! Et vous ? Qu'est ce que je vous "SERRE" ?

25/11/2011

Indispensable à notre survie, l'alimentation rythme notre quotidien.

A la fois besoins, sources de plaisir et de partage pour la plupart des français, nos choix alimentaires ne sont pas anodins et ont de nombreux impacts sur notre environnement.

Le changement climatique est avéré et il est scientifiquement prouvé que l’agriculture est le deuxième secteur en termes d’émissions de gaz à effet de serre en France, avant l‘industrie et après les transports (chiffres de 2008).

De fait, nous avons souhaité décortiquer notre alimentation « estudiantine » et répondre aux questions suivantes : En quoi nos choix peuvent saler l’addition en accentuant l’effet de serre ? Et quelles recettes pouvons nous appliquer alors pour inverser la tendance ?


A la carte, le poids des aliments

Le parcours d’une denrée alimentaire de la fourche jusqu’à notre fourchette, est ponctué d’un certain nombre d’étapes.
 


Source : « Des Gaz à effet de serre dans mon assiette » - Réseau Action Climat - France 

Chacune d’entre elles génère des émissions de gaz à effet de Serre dont :

  • du protoxyde d’azote (N2O) résultant de la fertilisation des sols, des déjection animales et de certaines industries chimiques.
  • du dioxyde carbone (CO2) lié aux consommations d’énergie : carburant, chauffage, procédés, …
  • du méthane (CH4) produit par les déjections d’élevage, la fermentation entérique des ruminants, la fermentation lors du traitement des déchets organiques, ...

Mais alors, en fonction de leur mode de fabrication et de la manière dont ils sont transportés, nos aliments n’ont donc pas tous le même poids en termes d’émissions de gaz à effet de serre !? Oui !

Concentrons-nous uniquement sur la production de l’aliment (hors transport, transformation, emballage, …) et allons voir les émissions de GES qui se cachent derrière certains d'eux (kg équivalent CO2 émis pour la production de 1kg de produit).

Saviez-vous que c'est la viande qui a l'impact le plus important ?

 

Source des facteurs d’émissions : « Bilan carbone » ® de l’ADEME

Autrement dit, consommer 100 gr de bœuf, c'est rejeter au minimum 1.73kg d’équivalent CO2 dans l’atmosphère !!! Soit environ 11km* parcourus en voiture !!

Et pour son petit, le veau, les émissions grimpent jusqu’à 4.5kg* ! Soit approximativement 30 km !
Le porc est le plus économe des 3 : 446gr. Soit 3km* ! (* base de calcul : véhicule émettant 160gr de CO2/km)

En bref, la viande pèse très lourd dans la balance. Pourquoi ? Car le calcul intègre la production de nourriture des élevages ! Et, pour les ruminants, il intègre aussi le méthane issu de la fermentation entérique !!

 

Qu’est-ce je vous "serre" comme plat du jour ?


Décortiquons quatre de nos repas "façon estudiantine" ! (hors transport)

 (cliquez sur les images)

image_8
image_9
image_10
image_11

Remarque : Pour pouvoir chiffrer les différents impacts, nous nous sommes basées sur les facteurs d’émissions proposés dans la méthode « Bilan carbone » ® de l’ADEME. Le transport de ces aliments n'est pas intégré dans le calcul.


Et pour mieux digérer, un petit exercice de comparaison :

   => Le repas tiré du sac émet 6 fois moins de GES que le repas avec le bœuf.
   => Manger du bœuf à la place du porc, c'est comme si je choisissais de rouler 3 fois plus pour aller
        au même endroit !


Mais l’addition peut encore être plus salée !

Pourquoi ? Parce qu’à tout cela se rajoute toutes les autres sources d’émissions liées aux opérations de transformation, d’emballage, de transport, …

Il est donc important de se poser à minima les questions suivantes :

   => La production de l’aliment est-elle impactante ?
   => D’où provient l'aliment ? Et comment a t-il été transporté ?
   => A t-il fait l'objet de nombreuses transformations ?
   => ...

 

Nos "suggestions" du moment

En fonction de nos choix de repas, la note pour le climat est donc plus ou moins amère. Mais pas toujours facile de s'en sortir bon, pratique, rapide, équilibré et pas cher, à la fois pour soi et pour la Planète, nous direz-vous !

Sans être exhaustives, nous vous proposons quelques recommandations simples à appliquer pour diminuer la note à midi :

Selon que vous soyez…

Très pressé :

  • Variez entre les sandwichs à base de fromage, crudités, œuf, magret de canard, pâté, jambon. En revanche, évitez le thon et le saumon.
  • N'oubliez pas qu'en restauration rapide le seul emballage qui ne pollue pas est celui qui n’est pas utilisé !

Adepte de la cantine :

  • Pour varier du traditionnel steak frites, essayez d’autres plats à base de poissons dont la population n'est pas en danger, de volailles, d’œuf ou carrément sans viande !
  • Privilégiez les plats à partir de légumes et de fruits de saisons.

Cuistot en herbe :

  • Emmenez-vous un petit plat préparé par vos soins composé de produits frais locaux et de saison.


Et pour le soir :

  • Privilégiez un plat fait maison aux plats cuisinés, produits congelés et autres produits transformés. Déguster un potage élaboré le week-end est tellement plus savoureux qu’une soupe déshydratée !
  • Orientez-vous vers les produits frais, de saison et locaux. Les fraises et les tomates en hiver, est-ce nécessaire ? Savez-vous que la ville de Strasbourg a mis en place depuis début novembre un système d’approvisionnement avec les agriculteurs du Bas-Rhin ? Ces derniers livrent, chaque semaine, des paniers de produits fermiers (parfois bio) à proximité des écoles de quartier (détails accessibles sur le site internet de la Ville).
  • Pour éviter une consommation excessive de carburant et une fuite du porte-monnaie : faites vos courses le plus proche de chez vous !
  • Petites astuces pour économiser l’énergie lors de la cuisson : adaptez la casserole à la taille de la plaque pour éviter les déperditions de chaleur et couvrez-la (cela consomme 4 fois moins d’énergie).
  • Pour vérifier la cuisson de vos préparations au four, utilisez la vitre au lieu d’ouvrir la porte et de provoquer une perte d’énergie.
  • Et midi ou soir, évitez le gaspillage !!! Savez-vous que les français jettent en moyenne 89.9kg de nourriture par an, soit l’équivalent de 430€ (étude commandée par la société Albal). C’est de trop !!!

Petit conseil : visitez le site du ministère de l’agriculture qui regorge d’astuces héritées de nos grands-mères pour mieux conserver nos aliments et pour accommoder nos restes (http://alimentation.gouv.fr/les-bons-gestes-anti-gaspi). Exemples d’astuces : mettre du pain dans une boite avec une moitié de pomme permet de préserver son mœlleux ou encore emballer les champignons de Paris dans du papier journal permet de les conserver.


Et vous, seriez vous prêt à changer de "menu" ?

L’université de Strasbourg compte plus de 42 000 étudiants. Si chacun de nous choisissait le repas avec comme plat principal le sauté de porc à la place de l’émincé de bœuf, nous épargnerions, en 1 seul et unique repas, environ 65 Tonnes de GES à la Planète !! Soit environ 410 000km voiture*.

Autrement dit, quasi 10 fois le tour de la terre !!!

Imaginez sur l'année ! Mieux encore à l’échelle de la France !

En conclusion, nous avons tous un rôle à jouer !
L'addition de tous nos efforts individuels sera en mesure de faire pencher la balance !!


Mais dites-nous ? Et vous ? Êtes-vous prêt à manger autrement ?

 

Laetitia Weber, Claire Lévine & Caroline Dietrich

 


Adipso

Site Internet créé par
l'agence web Adipso
localisée à Strasbourg, Alsace

www.adipso.com