Parole P27 - Le choix du sapin de Noël : une question épineuse !

11/12/2014

Les premiers chocolats du calendrier de l’Avent ont été mangés, les guirlandes viennent peu à peu égayer les rues et les manalas se vendent comme des petits pains dans les boulangeries : c’est sûr, Noël approche à grands pas ! Il est donc temps de choisir le sapin qui viendra trôner au milieu du salon !
Mais que choisir entre le sapin artificiel et le sapin naturel ? Entre le sapin pratique qui ne perd pas ses épines et le sapin qui sent bon mais qu’on déracine de ses forêts ?

La tradition du sapin de Noël vient… d’Alsace ! La toute première inscription faisant référence au sapin de Noël est datée du 21 décembre 1521 et provient de la petite ville de Sélestat. A l’époque, les sapins étaient décorés par des pommes et des hosties. C’est durant la deuxième partie du 20°siècle que la tradition du sapin de Noël s’est répandue aux autres régions françaises. Le sapin représente donc Noël dans notre imaginaire collectif depuis de nombreuses décennies … Et nous voici aujourd’hui à quelques jours de Noël, et un choix s’impose : sapin artificiel ou sapin naturel pour notre salon ?


Le sapin artificiel, une solution écologique ?

Le sapin artificiel est bien souvent l’alternative « pratique ». Nul besoin d’entretien, ou même de balayage d’aiguilles, il nous suffit de le ressortir lorsque le froid revient. C’est le choix de la raison. Réducteur de production de biens, de déchets et de pollutions, il aurait pu être la réponse écologique par excellence. Et bien non ! Fabriqué en plastique, PVC ou encore en aluminium, c’est un concentré de matériaux très nuisibles et très polluants, ces mélanges composites n’étant pas recyclables qui plus est. On le sait, la filière de production, quant à elle, est largement localisée en Asie ; cela induit une dose de pollutions liée aux transports à rajouter au bilan ! Les conditions de production en Asie ainsi que le cadre réglementaire et normatif plus souple renforcent l’inquiétude à porter sur ce produit de fête.

Reste alors la longévité du sapin artificiel, argument choc ? Non plus ! En réalité, nous utilisons notre sapin seulement 3 ans en moyenne ! Ainsi, d’après des études sur l’analyse du cycle de vie, le recours à un sapin artificiel émettrait l’équivalent de 8.1kg de gaz à effet de serre comparé à 3,1kg pour un vrai sapin. Pour en limiter les impacts négatifs sur l’environnement, il faudrait conserver son arbre durant 20 ans. Aux antipodes de nos modes de consommations actuels !


Rien de mieux qu’un vrai sapin qui sent bon !

Chaque année, plus de 6 millions de sapins naturels sont vendus durant la période de Noël. Devons-nous rejoindre ces millions de personnes ? Oui ! Nous avons toutes les bonnes raisons d’acheter un vrai sapin ! Tout d’abord parce qu’aujourd’hui la production de sapins de Noël est réglementée, nous ne contribuons donc pas à la déforestation en achetant un sapin. En effet, des plantations sont réalisées spécialement pour cette période de l’année principalement dans le Morvan, le Jura et la Bretagne. Une convention a par exemple était signée en 2003 entre l’AFSNN (Association Française du Sapin de Noël Naturel) et le Parc naturel régional du Morvan pour un développement de la filière respectueux de l’environnement.

De plus, les sapins plantés présentent de nombreux atouts pour l’environnement. Ils permettent de capter du dioxyde de carbone (un des gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique), stabilisent les sols et favorisent la biodiversité. Ils ont par conséquent un bilan carbone nettement inférieur à celui du sapin artificiel.

Acheter un sapin naturel planté en France permet aussi de diminuer la pollution liée au transport car certaines espèces comme le Nordmann peuvent venir du Danemark en camions frigorifiques. Il est donc préférable de privilégier les circuits courts, ce qui aura aussi un impact positif sur l’emploi local, les arbres ayant besoin de soins jusqu’à leur coupe.

Dernier point non des moindres, ce sapin est biodégradable, il suffit de le sortir le jour de la collecte municipale, de l’amener à la déchèterie, voire de le ramener dans le magasin d’achat, pour qu’il soit revalorisé en compost ou en paillage pour protéger les sols. Le sapin pourra aussi être replanté pour ceux qui ont un jardin.

Pour aller plus loin, mobilisons notre « créativité verte ». Amusons nous à remplacer le traditionnel sapin de Noël par des constructions en bois, des matériaux de récupération ou même tentons le dessin à la craie (cf - 10 idées ci-contre).

Tout est permis, tout est possible ! Même la décoration de la structure peut faire l’objet d’un choix écologique, et éviter ainsi des impacts environnementaux supplémentaires.

Alors n’hésitons plus ! Guirlandes solaires, boules en papier mâché, décorations issues du commerce équitable : les choix sont infinis pour orner notre beau sapin, roi des forêts du Morvan ! Et pourquoi ne pas fabriquer de petits bonhommes en pain d’épices en guise de décorations à suspendre … à croquer après Noël ?


Hélène BLANQUART & Violaine GONFRIER

 

Pour aller plus loin 

 


 

 L'Association Française
du Sapin de Noël Naturel

 Le PNR du Morvan
1ère zone de production 
des sapins de Noël 

 Fabriquer un sapin de Noël
10 idées originales
et écologiques

Le sac à sapin de
Handicap International




Adipso

Site Internet créé par
l'agence web Adipso
localisée à Strasbourg, Alsace

www.adipso.com