Parole P26 - L’écocitoyenneté sur les sentiers : randonnons responsable !

20/12/2013

Avant de vous engager sur les sentiers,
pourquoi ne pas vous engager pour l’environnement ?

Dans le but de vous aider à pratiquer encore longtemps votre passion tout en préservant la nature, cet article vous propose d’opter pour une pratique responsable de la randonnée.

Commençons, par une petite sortie, en compagnie de Martin, un randonneur occasionnel peu au fait des enjeux qui se cachent derrière sa randonnée dominicale :

Un dimanche dans les Vosges, une randonnée pas si anodine …

Martin est content, ce dimanche de mai s’annonce chaud et ensoleillé. Hors de question de rester à Strasbourg. Une petite randonnée dans les Vosges s’impose. Après avoir préparé son sac, notre randonneur prend donc sa voiture pour 150 km aller/retour.

Arrivé sur place, Martin attaque le sentier, écouteurs sur les oreilles, heureux d’être enfin en pleine nature. Cependant, la montée s’avère trop longue à son goût. C’est vrai quoi, pourquoi autant de lacets ? Il décide donc de couper les virages, puis carrément de quitter l’itinéraire balisé.

Soudain, alors qu’il contourne un buisson, il aperçoit un chevreuil à quelques mètres de là. Par chance, l’animal ne l'a pas vu. Ni une, ni deux, notre amateur de nature saisit l’occasion pour dégainer son appareil photo. Mais au même moment, le chevreuil lève les yeux et, terrifié, décampe instantanément. Dommage !
Quelques temps plus tard, notre photographe animalier arrive enfin au sommet. La vue est magnifique. Il en profite pour casser la croute : un sandwich, deux barres énergétiques et quelques mandarines. Le grand air, ça creuse.

Une petite sieste plus tard, Martin repart, ne laissant derrière lui que des épluchures et l’absence de quelques fleurs sauvages, cueillies pour son amie.

Pour le retour, pas de hors sentiers, l’itinéraire balisé s’annonce agréable. Son plaisir est cependant instantanément gâché par la vue de guirlandes roses, posées ostensiblement à l’entrée du sentier. Dégouté,Martin presse le pas, oubliant que pris d’une envie pressante, il ne s’était pas privé de faire de même lors de ses dernières vacances dans les alpes…

Heureusement, le plaisir d’être en forêt reprend rapidement le dessus, et c’est heureux et ragaillardi que notre randonneur atteint sa voiture, se promettant de repartir au plus vite.

Et vous, quel randonneuse ou randonneur êtes-vous ?

Le récit de la randonnée de Martin vous a fait sourire ? Peut-être vous êtes vous un peu reconnu(e) ? Ou au contraire, pas du tout. Pour en avoir le cœur net, nous vous proposons ci-contre un petit test pour mesurer votre impact.


Sans responsabilité, pas de plaisir…

Si nous n’y prenons pas garde, de mauvaises pratiques peuvent s’avérer néfastes pour l’environnement.
Le choix du mode de transport par exemple. Combien d’entre nous se rappellent qu’en termes d’impact environnemental, la randonnée commence bien avant de mettre un pied sur le sentier ? Pourtant nous polluons et nous participons au réchauffement climatique, dès que nous montons en voiture.

Plus proche de nous, notre manière de randonner a un impact direct sur les milieux naturels, la faune et la flore, que nous venons précisément admirer !

Ainsi s’écarter des sentiers favorise le ruissellement et l’érosion, qui entrainent peu à peu la terre et la végétation. En ne respectant pas les itinéraires existants, on prend également le risque de piétiner la végétation et de surprendre des animaux, qui étaient très bien sans nous… et sans nos déchets !

Il peut être tentant parfois de couper des virages, ou de laisser sur place des déchets sensés être biodégradables. Prises individuellement, ces exceptions ne semblent pas très grave…

Le problème, c’est qu’aujourd’hui, nous sommes 15 millions de personnes à pratiquer la randonnée, chaque année en France. Et 15 millions d’exceptions ça commence à faire beaucoup en termes d’impact …

Au-delà des risques pour l’environnement, le risque des mauvaises pratiques est à terme de gâcher le plaisir de tout le monde. Voir de ne plus pouvoir randonner tout court du fait d’un environnement trop dégradé, ou tout simplement de l’interdiction pure et simple de certains sentiers ou certaines zones.

Ce serait dommage, avouez-le ?

 … alors adoptons les bons gestes !

Voici une petite check-list à toujours garder en tête :

 François DURAND & Delphine MYCHAJLOW

  

Pour aller plus loin !

 

 


 


Quel randonneuse ou
randonneur êtes-vous ? 

Petit test pour mesurer votre impact :
cliquez sur l'mage pour faire le test

 

 Le Guide des
bonnes pratiques sportives
Document de la FRAPNA 

Fiches Loisir : Limitez votre impact
(Randonnée, VTT, etc)
Source : Fondation Nicolas Hulot
pour la Nature et l’Homme

 Carcajou – La revue du CEETS




Adipso

Site Internet créé par
l'agence web Adipso
localisée à Strasbourg, Alsace

www.adipso.com